lundi 2 décembre 2013

Le chantre pieux rayonne la grâce de Dieu par Saint Porphyrios


"L'Ancien disait : «La musique d'Église est un enseignement ; elle adoucit l'âme de l'être humain et, peu à peu, elle l'élèνe en d'autres mondes, spirituels ; avec ces sons, elle sème plaisir, agrément, satisfaction et nous fait voyager dans un autre monde, le monde spirituel... Quand on entre peu à peu en une telle disposition spirituelle, c'est cela que l'on ressent et c'est cela que l'on doit faire. Τu peux devenir aussi un chantre égoïste : tu gesticuleras, tu prendras des attitudes stupides et tu seras vide. Τu peux avoir de la voix, émouvoir de ta voix et, cependant, cet autre, qui est réellement saint, n'a pas seulement de la voix quand il chante ; il a quelque chose d'autre, il n'est pas seulement doté d'une voix : en même temps que la voix, qui est émise sous forme d'ondes sonores, est aussi émise une certaine grâce par le moyen d'autres ondes, mystiques, qui touchent les âmes humaines et les émeuvent très profondément. Le musicien qui est, disons ainsi, vide, a tel talent. Et il plaît ainsi. Le musicien qui est saint émet aussi, en même temps que sa voix, une des ondes en série. S'accomplit ainsi un très grandmystère;" [extrait du fascicule, accompagné d'une cassette, Béni soit Dieu]
(extrait de Anthologie de conseils de Père Porphyre aux editions de l'AGE D'HOMME- collection Grands spirituels du XXe siécle)

 Apolytikion de St Porphyrios

 
Ἀπολυτίκιον. Ἦχος πλ. α´. Τὸν συνάναρχον Λόγον.
Προγιγνώσκειν τὸ μέλλον σοφῶς, Πορφύριε, ὡς ἀντιμίσθιον πόνων καὶ βιοτῆς εὐσεβοῦς χάριν δέδωκέ σοι ἄνωθεν ὁ Κύριος· ἄνθος Εὐβοίας ἱερόν, ἐκ τοῦ Ἄθω μυστικῶς πρὸς κήπους μετεφυτεύθης ἀλήκτου δόξης πρεσβεύειν Χριστῷ ὑπὲρ τῶν εὐφημούντων σε.
(Haralambos Bousias)

vendredi 22 novembre 2013

CHANT ORTHODOXE POLONAIS

Le choeur d'hommes de chambre Bogdan Onisimowicz (Chór Kameralny im. Bogdana Onisimowicza) a fait ses débuts en 2008 à l'occasion de l'exposition d'ouverture consacrée à l'Irmologion du monastère de Supraśl 1598-1601. Au cours de l' exposition, les mélodies du 16ème siècle du monastère orthodoxe Suprasl ont été présentés par l'Ensemble. Les mélodies mentionnées ont été chantées pour la première fois depuis 400 ans. Le nom du choeur se réfère à l'auteur du manuscrit, Bogdan Onisimowicz. L'idée du nom souligne un fort attachement à la tradition du monastère. L'objectif de l' ensemble est la restauration des chants liturgiques du 16ème siècle du répertoire du Monasère de Suprasl. L'ensemble comprend également le chant byzantin et au début de la polyphonie Vieille Ruthène. Les membres du choeur sont des personnes de différentes professions rassemblées dans la passion pour la musique et la tradition orthodoxe du monastère de l'Annonciation à Suprasl. Les performances de l'ensemble ont été pour la plupart l'objet d'un certain nombre de récompenses. Le choeur d'hommes de chambre Bogdan Onisimowicz est devenu lauréat du " Eglise orthodoxe Music Days de Hajnówka " au Festival International en 2009 et 2011. Le chœur est également un participant régulier à tous les festivals nationaux importants, par exemple : Ostrow Wielkopolski , Poznan , Lublin , Tomaszow Lubelski , qui ont suscité beaucoup d'intérêt et de respect. En 2010, l' ensemble a enregistré un CD intitulé " Irmologion Suprasl 1598-1601 " . Les compositions ont été enregistrées intégralement déchiffrées et compilées par le chef Martin Abijski.

lundi 30 septembre 2013

lundi 23 septembre 2013

mercredi 11 septembre 2013

Stage de Chant Byzantin du 26 Octobre au 3 Novembre 2013 au Monastère de Solan



L'Association STOUDION organise un stage du 26 Octobre au 3 Novembre 2013 au Monastère de Solan. 
Les chants sont adaptés en français à la base des mélodies traditionnelles byzantines, l'apprentissage se fera en 2 groupes (initiation et perfectionnement), ouvert à tous (pour les débutants, aucune formation musicale préalable n'est nécessaire). 
Le stage sera animé par Andréa ATLANTI (diplôme d'état de chant byzantin de Grèce) et par Ibrahim ISSID (chantre et chef de choeur de l'Église orthodoxe).

Informations au N° 06 84 48 57 60
E-mail : stoudion@yahoo.fr

Adresse : Association STOUDION
rue de la Providence
26190 Saint Laurent en Royans

vendredi 26 juillet 2013

Koinonikon (mode 4) 2 versions

 Χρ. Τόλιας


Νεκτάριος Αδάμ - Αινείτε Δανιήλ Πρωτοψάλτου - Ήχος δ

vendredi 19 juillet 2013

vendredi 5 juillet 2013

Koinonikon (mode 2) deux versions : Τζανάκος Βασίλειος et Δημήτρη Σκρέκας



Interprétation Τζανάκος Βασίλειος


Comp. Πέτρου Λαμπαδαρίου.Interprétation Δημήτρη Σκρέκας

Koinonikon (mode 1) par le groupe Ergastiri Psaltikis


 Composition de Constantin Priggos
 Enregistrement live dans l'église du Christ Sauveur à Moscou le 05.27.2012

lundi 6 mai 2013

Hristos a înviat

Hristos a înviat din morţi, Cu moartea pre moarte călcând, Şi celor din morminte Viaţă dăruindu-le! Cohabitation du chant byzantin et du chant slavisant dans la Cathédrale patriarcale roumaine pour le Canon pascal

samedi 6 avril 2013

CHANT ORTHODOXE GEORGIEN : une pure, antique et divine prière...

                                                       Après la beauté simple voire la rudesse du chant vieux-croyant traditionnel Voici la pureté du chant antique géorgien simplissime mais d'une beauté toute divine : l'essentiel du PARADIS PERDU

vendredi 22 mars 2013

SALUTATIONS à la TOUTE SAINTE, notre invincible stratège

Ecoutez les 2 premières strophes de l'Hymne Acathiste psalmodiés en mode 1 par le père Emmanuel Krokidis.

  1.  http://www.houpas.net/music/15a_AngelosProtostatis_EKrok.rm 
  2. http://www.houpas.net/music/15b_Vlepousa_EKrok.rm
Toutes les Salutations chantées par p. Emmanuel dans plusieurs modes peuvent être écoutées ici :
 >>  http://www.ieropsaltis.com/afier_nov04.htm 



Un étrange mélange de psalmodie byzantine (?) du regretté Archevêque Christodoulos et d'un chœur à la polyphonie russifiante... influence occidentalisante incontestable...


 


 

lundi 18 mars 2013

Grand Canon de St André de Crète

  

Le Canon poétique
La poésie liturgique byzantine s'est développée tout au long de l'histoire millénaire de l'Église indivise et un peu au-delà. Cette poésie prit naissance dans les pays de langue syriaque, autour des métropoles d'Antioche et d'Edesse. C'est au sixième siècle que la création poétique en langue grecque prit un essor particulier avec les kondakia de saint Roman le Mélοde; les hymnes de saint Jean Damascène leur succédèrent au siècle suivant. A la fin du septième siècle apparait une nouvelle forme de poème liturgique, sans doute moins bien construite que les compositions précédentes mais dont le contenu théologique est plus directement parlant : "le Canon poétique". Le Canon se présente comme un long texte prenant la forme de neuf hymnes (odes), paraphrasant plus ou moins le texte des neuf cantiques scripturaires qui sont d'ordinaire chantés à l'office du matin (orthros). A l'origine les strophes du canon (appelées tropaires) étaient intercalées entre les versets des cantiques, mais très rapidement l'habitude se prit d'omettre ces versets au profit du canon lui-même, seule la première strophe, appelée "hirmos" (du grec : allusion, mention, convention) fait allusion directement au texte du cantique. L'hirmos, dans la langue originale, sert de modèle métrique à tout l'ensemble de l'ode.


mercredi 6 mars 2013

samedi 2 mars 2013

Les consignes de St Jérôme pour le chant à l'église




"Celui qui chante doit le faire avec modestie et humilité. Saint Jérôme s'exprime, sous ce rapport avec sévérité : « Nous devons chanter, psalmodier et louer Dieu plus avec notre âme qu'avec notre voix. Que les jeunes gens m'entendent, qu'ils m'entendent ceux dont l'office est de chanter les psaumes à l'église : nous devons chanter à Dieu avec notre cœur et non avec la voix; ne cherchons pas à adoucir la gorge et le larynx par des médicaments, comme font les tragédiens, pour faire entendre à l'église des chansons et fioritures de théâtre, mais louons Dieu avec crainte, par nos œuvres et par la connaissance des écritures. » [« Audiant haec adulescentuli, audiant hi, quibus psallendi in ecclesia officium est, Deo non voce sed corde cantandum nec in tragoedorum modum guttur et fauces dulci medicamine colliniendas, ut in ecclesia theatrales moduli audiantur et cantica, sed in timore, in opere, in scientia scripturarum. » (Comm. in Epist. ad Ephes. iii, 5, 19)]"

dimanche 20 janvier 2013

Le chant des Vieux-Croyants (suite)

Soirée de chants spirituels le 20 janvier 2012 Récital du choeur d'hommes de Nizhny Novgorod des Vieux-Croyants à la Maison Internationale de la Musique de Moscou direction Alexis Golovschik Shashkov

samedi 5 janvier 2013

Le chant profond des Vieux-Croyants, un modèle incontournable


Une belle leçon d'authentique chant sacré qui devrait peut-être inspirer nos paroisses aux chœurs un peu trop "angéliques"... encore faudrait-il, bien sûr, que les hommes s'y mettent un peu plus, au lieu de confier le travail presque uniquement à des femmes, de bonne volonté certes ( et heureusement qu'elles sont là !) mais involontairement un peu trop omniprésentes...

 ... et j'ose suggérer également à ceux qui pratiquent le chant "grégorien" qu'à l'écoute de ce chant antique bienheureusement conservé en l'état antique, ils pourraient avoir une autre expérience en s'essayant à faire un chant sur ce modèle, un peu plus viril que celui qui leur a été légué par le XIX° s. [siècle auquel on ne doit pas enlever le mérite d'avoir restauré ( en partie) le chant sacré antique des Gaules]